En quête d’indices

Je me souviens des deux derniers hivers : l’un glacé, l’autre trempé, et le vent qui tempêtait chaque semaine un peu plus fort. J’avais prié longtemps pour le retour du printemps, dès les premiers jours de janvier. Et j’avais, comme de juste, grogné tout le printemps contre la jungle qui a un jour été un jardin.

J’ai décidé que 2015 serait mon année, et cette pensée dopée à la vitamine C et aux fruits secs rend curieusement cet hiver étrange bien plus agréable. Ou à défaut, tout à fait vivable. Et pouvoir ouvrir les fenêtres dès février, profiter du retour du soleil et commencer, déjà, à secouer les kilos de poussières accumulés dans les pièces inhabitées à la mauvaise saison… Je ne m’attendais pas à ce que l’hiver rende les armes aussi vite.

20150222-moulin-1

Bien sûr, il y aura les grandes marées de mars, les attaques tardives du gel, le mois d’avril chaotique, mais ce sera déjà différent. En attendant je traque le moindre indice des prémices du printemps dans le jardin trempé.

20150222-moulin-8

20150222-moulin-11

Le vieux rosier grimpe sagement et les perce-neige plantés au petit bonheur la chance il y a deux automnes survivent et se reproduisent.

20150222-moulin-5

20150222-moulin-21

Les hortensias que je n’ai toujours pas coupé me narguent et ceux que j’ai coupé… me narguent aussi, en agitant déjà des bourgeons honteusement trop développés pour la saison.

Et puis soudain…

20150222-moulin-13

Le camélia a décidé de prendre tout le monde de vitesse. Comme chaque année il explose, ravage le vert, pourfend le brun, s’expose, s’impose.

20150222-moulin-20

Il fait le beau ; ses fleurs pourrissent et fanent sous la pluie, mais qu’importe, il en fait d’autres, sans s’arrêter. Cette fleur un peu vieillotte, ce nom qu’il porte, revêt pour moi le caractère de l’urgence : c’est une plante qui a décidé de vivre dès que le soleil revient à peine, même s’il est trop bas dans le ciel, même s’il gèle encore, même si la rivière lui lèche les racines. Il s’agrippe et tient bon, et lâche des grappes de fleurs rouges éclatantes en plein vent. Il contre tous les mauvais arguments que j’avais pour ne pas l’aimer.

Il force sa chance. Et c’est une qualité que je compte bien lui emprunter.

20150222-moulin-6

4 thoughts on “En quête d’indices”

  1. Gachoue
     ·  Répondre

    J’ai beaucoup (!) aimé ta conclusion :)
    Toujours aussi belle écriture pleine d’images et d’acrobaties avec les mots, tu passes de branche en branche avec une grace et un naturel que j’apprécie vraiment. Ce texte est une bouffée d’oxygène. Merci. <3

    • Lucifugae
       ·  Répondre

      Merci Gachoue : )
      Dès que les petites pousses pointent le bout de leur nez, c’est plus fort que moi, je ne peux pas y résister.

  2. Charlie
     ·  Répondre

    Je viens de découvrir ton blog et je tenais à te laisser savoir que j’aime beaucoup ta façon d’écrire tout comme tes jolies photos.
    Des bises,

    Charlie.

    • Lucifugae
       ·  Répondre

      Merci beaucoup Charlie, et bienvenue ici !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*